Les succulents plats de Maghreb me manquent - Maxime Dumas

Mon blogue

Les succulents plats de Maghreb me manquent

Les succulents plats de Maghreb me manquent - Maxime Dumas

Je ne suis pas gourmand par nature, mais quand on a goûté aux bonnes choses, parfois, on le devient. Durant mon séjour en Algérie, je n’ai mangé que des recettes locales. Les plats maghrébins, les gratins, les tajines, les couscous, du kefta, et tant d’autres dont je n’arrive pas à retenir le nom. Ce voyage m’aura marqué en tout point. Mais ce dont j’aime le plus, c’est la saveur des nourritures et leur petite gâterie, cela change de l’ordinaire. J’y ai trouvé des plats et des desserts auxquels je n’ai jamais goûté, et j’ai trouvé ça tellement super, qu’aujourd’hui, je recherche les mêmes saveurs. J’ai même d’ailleurs demandé à certaines personnes que j’ai fréquentées là-bas de me faire une recette de certains plats. Et chaque dimanche ma femme et moi, nous essayons de préparer les plats, mais jusqu’à aujourd’hui, on n’a jamais pu arriver à obtenir le même goût que là-bas. Je me demande s’ils n’ont pas une astuce particulière, ou une sorte d’ingrédients secrets qu’ils n’ont pas voulu me donner. Ce qui est bizarre, c’est que même si on en trouve quelques recettes dans les sites web ou dans une publicit√© Internet, et que nous tentons de préparer les plats ou les desserts en question, ce n’est toujours pas pareil. Va savoir comment ils cuisinent ces gens-là. Mais je ne compte pas m’arrêter avant d’avoir appris à cuisiner leurs plats et desserts comme il faut. Il va falloir que j’y retourne, même si ce n’est pour des cours culinaires. De toute façon, j’ai apprécié passer un peu de temps dans cet univers qui est tout à fait singulier, et pouvant se présenter à la fois pittoresque et fort agréable. Je peux comprendre maintenant pourquoi cela ne semble pas les intéresser, ni susciter leurs esprits de manger du porc, et tout ce qui est charcuterie. Ils mangent déjà à leur faim, et n’ont certainement pas besoin d’aller contrairement à leur foi pour satisfaire leurs envies. Oui, c’est sûrement subjectif, et peu de gens seront de mon avis, mais je tiens à souligner que certains plats et certains desserts que j’ai mangés en Algérie sont plus savoureux et plus succulents, que toute la gamme de charcuterie j’ai déjà mangé jusqu’ici. Et autant que pour les autochtones, cela semblait naturel de ne voir aucun stand de charcuterie, je n’ai pas une fois eu envie de jambon durant mon séjour, et pourtant, c’est un de mes plats préférés. Je mange du jambon cru autant que j’en mange avec du pain ou dans un plat.