Un homme au foyer - Maxime Dumas

Mon blogue

Un homme au foyer

Un homme au foyer - Maxime Dumas

Cela fait un mois que ma femme m’a fait part de son programme de formation planifié par l’entreprise qui l’emploie, qui durera 3 jours et qui se donne à l’extérieur du pays. Donc, elle sera absente pour une durée de 5 jours en tout, soit du lundi au vendredi. À cet effet, elle m’a dit qu’il faudrait appeler une gardienne, ou appeler sa mère pour l’occasion, ou un service qui s’occuperait du ménage. Mais je l’ai rassuré que ce n’était vraiment pas nécessaire. Elle ne partirait que 5 jours, et je m’occuperais très bien du foyer en son absence. Toutefois, avant son départ, comme elle n’était pas rassurée, elle me laissa le numéro d’un service de gardiennage, mais aussi, celui de sa mère au cas où. Je les ai enregistrés, malgré que je trouvais que cela était inutile. Ainsi, le jour de son départ, un bon lundi, elle a commencé par faire son traintrain quotidien, en préparant les enfants ainsi que leurs dîners, et en faisant un peu de ménage. Alors, après avoir déposé les enfants à l’école, je l’ai accompagné à l’aéroport avant de rejoindre mon bureau. Le soir, après le travail, je suis rentré un peu plus tôt pour « m’occuper du foyer », comme prévu. C’est en cours de route que mon aîné m’a envoyé un courrier rapide au téléphone disant que je devais aller chercher les petites à l’école. Ce que j’avais failli oublier, car normalement, c’était leur mère qui les récupérait. Ainsi, je les ai pris, mes deux petites jumelles âgées à peine de 4 ans. Sur la route, c’était un vrai brou ha ha. Alors que l’une ne cessait de parler pour raconter sa journée, l’autre réclamait une collation, et avait failli pleurer. Donc, je suis passé par un dépanneur, et je leur ai acheté une bonne glace, ce qui a causé un mal de ventre à une des petites un peu tard dans la soirée. En effet, je venais de comprendre qu’il ne fallait pas leur en donner à une heure aussi tardive. Mais bon, le soir, aidé de mon garçon, j’ai donc fait la cuisine, mais avec un menu très simple, composé de soupe au poulet, et de pain de mie. Ce que les enfants n’appréciaient pas vraiment, mais il n’y avait que ça que je savais faire. Accompagner les petites au lit fut nettement plus facile, c’était mon fils qui s’en était chargé, après leur avoir donné un bain, moi, je me suis mis à la vaisselle. Le lendemain, un peu fatigué de la soirée, j’ai failli ne pas me réveiller. Alors, j’ai juste eu le temps de faire le déjeuner, de préparer les enfants et de leur donner de l’argent pour leur dîner. Je n’avais plus de temps pour préparer leur repas du midi. À la vue de ce retard, j’ai entrepris de prendre les numéros que ma femme m’avait laissés et j’ai appelé sa mère pour venir à mon secours. À notre retour, le soir, elle était déjà à la maison et je lui ai avoué, « vous êtes fortes les femmes, je n’assume pas d’être un homme au foyer plus d’une journée, c’est beaucoup trop dur ! »